CERCLE NATIONAL DES COMBATTANTS
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

2020/11/04 La violence au quotidien

Aller en bas

2020/11/04 La violence au quotidien Empty 2020/11/04 La violence au quotidien

Message par Dharma le Mer 4 Nov - 10:20


La violence au quotidien

Il y a deux mois, Laurent OBERTONE faisait paraître son dernier ouvrage « L’éloge de la force ».
Le terme « Force » peut être compris de différentes manières. On l’associe souvent à « Violence », tant cette dernière est l’une des caractéristiques de notre vie quotidienne.
Nous ne connaissons que trop les scènes de violence opposant racailles en tous genres et de tout poil à nos Forces de l’Ordre.

Ces dernières années, celles-ci ont été l’objet des critiques continues et sans cesse grandissantes, et naturellement virulentes, concernant leurs bavures, brutalités, violences dites systémiques et déclarées scandaleuses, voire « illégales » par tous les mouvements de gauche (et d’extrême gauche), comme par exemple Amnesty International, soit directement, soit au travers de reportages télévisuels à charge.

Malheureusement, on s’est bien gardé de s’arrêter sur les agressions visant nos FDO.

Dans sa livraison du 20/10/2020, Valeurs Actuelles nous rappelle quelques faits récents :


  • Jeudi 1er octobre, à Montpellier. Des policiers ont été violemment agressés par une trentaine de délinquants.

  • Samedi 3 octobre, à Narbonne, deux frères jumeaux ont craché, insulté, menacé et frappé au total huit policiers.

  • Toujours le 3 octobre, mais à Dunkerque, deux policiers ont été frappés par deux individus. Un avant-goût du « massacre » d’Herblay, le soir du mercredi 7 octobre. Deux policiers ont été roués de coups par trois agresseurs qui se sont emparés de leurs armes de service pour leur tirer dessus à plusieurs reprises. Un des deux a toujours son pronostic vital d’engagé.

  • Deux jours plus tard à Sèvres, des policiers ont été attaqués alors qu’ils intervenaient pour un attroupement d’une cinquantaine d’individus tournant un clip avec des mortiers.

  • Samedi 10 octobre à Bron, le maire LR et les Forces De l’Ordre ont été insultés et menacés de mort par le biais de graffitis après une opération antistupéfiants. « Ceci est un message de guerre, on va vous tuer », pouvait-on lire. Une déclaration de guerre envers les forces de l’ordre qui prend forme partout en France.

  • Dans la nuit de samedi à dimanche 11 octobre, le commissariat de Champigny-sur-Marne a été violemment attaqué à coups de tirs de mortiers d’artifice, par une quarantaine de voyous armés de barres de fer et de boules de pétanque.

  • Dans la journée du dimanche 11 octobre il n’y a pas eu moins de trois agressions. A Dammarie-les-Lys, un fourgon des forces de l’ordre se faisait caillasser après être intervenu sur le tournage sauvage d’un clip du rappeur Negrito, pendant qu’à Port-Louis, un policier se faisait violemment frapper par un chauffeur de taxi.


Inutile d’en rajouter, on voit bien que cela est devenu notre lot quotidien. On est loin des « incivilités » que nos gouvernants se sont acharnés à nous répéter en tentant de nous leurrer quant à l’importance et la dangerosité du phénomène.

Le 6 Août dernier, Le Figaro publiait un sondage effectué auprès de 183326 personnes dont le sujet était :


Ressentez-vous une recrudescence de la violence au quotidien ?

Le résultat :

2020/11/04 La violence au quotidien Sondag10



C’est édifiant.

Toutefois, nous ne saurions suivre l’actuel Garde des Sceaux et Ministre de la Justice qui nous inflige, au sujet de l’ensauvagement de la société, que « le sentiment d’insécurité est pire que l’insécurité elle-même ».
Et lorsqu’il ajoute que « le sentiment d’insécurité est de l’ordre du fantasme. Il faut s'adresser à l'intelligence des Français et pas à leurs bas instincts », qu’il aille donc raconter cela aux familles des jeunes qui se font lyncher par des chances pour la France, aux plus de 200 femmes violées par jour, aux 120 à 150 personnes agressées au couteau chaque jour, et en général, les centaines voire les milliers de victimes de violences, violences conjugales ou pas – les chiffres réels n’étant pas connus dans la mesure où la Police ne reçoit pas tous les dépôts de plaintes correspondant à ces « incivilités » comme on se plaît à dire en haut lieu, et comme le répètent nombre de perroquets à carte de presse.

Certes, nous ne vous apprendrons rien en disant que depuis des années, et cela s’accélère, nous subissons la violence au quotidien, essentiellement dans l’environnement urbain, violence physique, violence morale, violence des mots, des images, harcèlement subie par les femmes pour leur tenue vestimentaire, interdiction de certains quartiers aux FDS (Français De Souche), menaces directes faites à des journalistes, à des responsables politiques, à des maires, à des policiers dont les noms et les adresses sont diffusés, …

Ne voilà-t-il pas qu’aujourd’hui, la Police, l’Armée, doivent sécuriser et garder les lieux de culte, nos églises où sévit maintenant la folie meurtrière islamiste ?

En faudrait-il davantage pour persuader les plus incrédules que nous vivons dans un monde de combats quasi permanents, où notre sécurité est menacée, où notre avenir – et celui de nos enfants – est plus qu’incertain ?
Et que tout ceci n’est pas du domaine du fantasme ?

Certes, nos rues sont devenues barbares, pour citer un ouvrage devenu célèbre consacré au Survivalisme.
Certes, nous nous interrogeons sur le meilleur barrage à opposer à cette vague qui nous menace.
Certes, qui peut nous dire de quelle arme se munir face au couteau, à la kalachnikov, à la bombe artisanale ?
D’autant que le paisible citoyen est désarmé par la législation, et qu’il est naturellement hors de question d’invoquer la légitime défense, et encore moins la loi du talion.
Toutefois, n’oublions pas que « qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve une excuse ».

Il nous faut donc nous réveiller, sortir de notre torpeur, éveiller les consciences de nos proches, de nos voisins, réaliser et faire comprendre que nos adversaires ne sont forts qu’à la mesure de notre propre mollesse. Car assassiner une femme en prière dans une église n’est en rien un acte de bravoure, ne fait pas un héros celui qui tient le couteau, mais est la caractéristique de la plus grande lâcheté qui soit.

Alors, balayons la peur, soyons forts, soyons déterminés, n’abdiquons pas face à cette idéologie meurtrière, soyons vigilants, ne nous laissons pas abattre (dans tous les sens du terme).

Car comme disait Nietzsche :


Ce qui ne tue pas rend plus fort
Dharma
Dharma
Admin

Messages : 82
Date d'inscription : 17/11/2019

Voir le profil de l'utilisateur

LECLERC aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum