2019/12/05 Dans les soutes de Barkhane

Aller en bas

2019/12/05 Dans les soutes de Barkhane Empty 2019/12/05 Dans les soutes de Barkhane

Message par Dharma le Jeu 5 Déc - 0:29

Dans les soutes de Barkhane


(les “invisibles indispensables” de Toulouse-Francazal)


Pierre CHALLIER

2019/12/05 Dans les soutes de Barkhane Challi10

2019/12/05 Dans les soutes de Barkhane Challi11

Cet article est paru en Septembre 2018, mais est naturellement toujours d'actualité.
Aussi, je vous le propose ici, avec l'aimable autorisation de son auteur, Monsieur Pierre CHALLIER, que je remercie vivement.


-oOo-

Depuis 2014, l’opération Barkhane combat les Groupes Armés Terroristes (GAT) dans la bande sahélo-saharienne (BSS). Tchad, Niger, Mali, Mauritanie, Burkina-Faso : 4 500 soldats français sont déployés sur cet immense théâtre dont le ravitaillement par l’air est la clé. Il est assuré par le 1er Régiment du train parachutiste de Francazal, le 1er RTP, présent toute l'année sur le terrain pour assurer cette mission.

Durant une semaine, nous avons embarqué avec cette unité qui permet à la 11e Brigade Parachutiste de Toulouse et aux forces armées une capacité d'engagement sans équivalent en Europe, les troupes aéroportées garantissant les capacités de projection stratégique de la France.

2019/12/05 Dans les soutes de Barkhane Challi13

Voyant rouge. Heure « H » moins trois minutes. La tranche arrière du Transall s’ouvre large. Dans le sifflement du vent et le grondement des moteurs, elle découpe maintenant un trapèze de vide défilant à 250 km/h sur une terre pourpre semée de vert tendre, environ 200 mètres plus bas : le Mali. Plus précisément la région du Liptako-Gourma en saison des pluies.

Dans la soute, il fait plus de 40 °C. Dehors, à peine moins. Tendus par la concentration, les visages des largueurs du 1er Régiment du train parachutiste (1er RTP) ruissellent dans le ventre de l’avion, soute saturée par le bruit et les vibrations d’une cavalerie de 6100 chevaux Rolls-Royce sous chaque aile.

Dix minutes avant le largage, le sergent Damien a vérifié une troisième et dernière fois les parachutes sur les charges. Le top sonore éclate, strident et stressant. Verticale de la zone, signal vert allumé. Le Transall cabre légèrement. Et 5,4,3,2,1… tout s’enchaîne très vite. Libération des quatre palettes sur les rails désormais en pente : la gravité fait le reste. Roulement. Deux parachutistes accompagnent le mouvement jusqu’à la sortie et les palettes basculent à la queue leu leu.


“10 litres d’eau par homme et par jour...”


Quatre couples de petits « pépins » blancs fusent et libèrent les corolles en grappes des gros parachutes… Sourire et soulagement des paras alors qu’en suivant, ils reconditionnent la soute : les 6 tonnes d’eau se posent déjà, livrées pile devant le bivouac français dressé façon Vauban au milieu de ce nulle part sahélien…

« 10 litres d’eau par homme et par jour… Mais aussi vivres, carburant, munitions, médicaments, pièces de rechange : ici, la livraison par air est vitale. Barkhane sans moyens aériens serait une clownerie, vu les élongations sur un théâtre d’opérations grand comme l’Europe », résume le colonel Olivier Vidal, chef d’état-major de la 11e BP et en l’occurrence représentant dans le nord du Mali, à Gao, du général Frédéric Blachon commandant la Force Barkhane.


2019/12/05 Dans les soutes de Barkhane Challi14
Dharma
Dharma

Messages : 74
Date d'inscription : 17/11/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum